La déclaration de cession de véhicule non enregistré : procédures et implications légales

La vente ou le don d’un véhicule non enregistré nécessite de suivre certaines procédures pour éviter tout problème juridique. Cet article vous présentera les étapes à suivre pour réaliser une déclaration de cession de véhicule non enregistré, ainsi que les implications légales qui y sont liées.

Qu’est-ce qu’une déclaration de cession de véhicule non enregistré ?

La déclaration de cession d’un véhicule non enregistré est un document administratif qui atteste du transfert de propriété d’un véhicule entre le vendeur et l’acheteur. Elle est obligatoire lorsqu’un véhicule n’a pas encore été immatriculé au nom du nouveau propriétaire, qu’il s’agisse d’une vente ou d’un don. Ce document permettra ensuite à l’acheteur d’immatriculer le véhicule à son nom auprès des services compétents.

Les obligations du vendeur et de l’acheteur

Le vendeur et l’acheteur ont chacun des obligations à respecter lors de la cession d’un véhicule non enregistré. Le vendeur doit :

  • Informer l’acheteur que le véhicule n’est pas encore immatriculé;
  • Rédiger une déclaration de cession en double exemplaire, signée par les deux parties;
  • Remettre un exemplaire de la déclaration à l’acheteur, qui pourra ainsi procéder à l’immatriculation du véhicule;
  • Conserver un exemplaire de la déclaration pour sa propre comptabilité.
A lire également  La loi Lemoine : possibilité de changer d’assurance emprunteur à tout moment

L’acheteur, quant à lui, doit :

  • Vérifier que le vendeur est bien le propriétaire légitime du véhicule;
  • S’assurer que le véhicule est en conformité avec la législation en vigueur (contrôle technique, assurance, etc.);
  • Signer la déclaration de cession et conserver un exemplaire;
  • Effectuer les démarches nécessaires pour immatriculer le véhicule à son nom dans les plus brefs délais.

Les informations à mentionner sur la déclaration de cession

Pour être valide, une déclaration de cession de véhicule non enregistré doit comporter certaines informations obligatoires. Voici les éléments à mentionner :

  • Les coordonnées complètes du vendeur et de l’acheteur : nom, prénoms, adresse et date de naissance;
  • La date et l’heure de la cession;
  • La description du véhicule : marque, modèle, numéro d’identification (numéro de série), date de première mise en circulation et kilométrage;
  • Le prix de vente ou la mention « don » si le véhicule est cédé gratuitement;
  • La signature des deux parties.

Les démarches à effectuer pour immatriculer le véhicule

Une fois la déclaration de cession signée, l’acheteur dispose d’un délai légal pour immatriculer le véhicule à son nom. Ce délai varie selon les pays, mais il est généralement compris entre 15 et 30 jours. Pour effectuer cette démarche, l’acheteur doit se munir des documents suivants :

  • L’exemplaire de la déclaration de cession;
  • Un justificatif d’identité;
  • Un justificatif de domicile;
  • Le certificat de conformité du véhicule (s’il en possède un) ou une attestation d’identification du constructeur;
  • Le certificat de contrôle technique si le véhicule a plus de 4 ans (dans certains pays) et qu’il n’est pas dispensé de ce contrôle;
  • Une preuve d’assurance du véhicule.
A lire également  Code de cession de véhicule : comment l'obtenir ?

Ces documents doivent être présentés auprès des services compétents (préfecture, sous-préfecture, service des immatriculations), qui procéderont à l’immatriculation du véhicule et délivreront un nouveau certificat d’immatriculation au nom de l’acheteur.

Les conséquences juridiques en cas de non-respect des procédures

Si les parties ne respectent pas les obligations liées à la déclaration de cession et à l’immatriculation du véhicule, elles s’exposent à des sanctions judiciaires. Le vendeur peut notamment être tenu responsable des infractions commises par l’acheteur avec le véhicule tant que celui-ci n’est pas immatriculé à son nom. De plus, l’acheteur pourra être sanctionné pour défaut d’immatriculation ou pour circulation avec un véhicule non conforme.

Les précautions à prendre lors de la cession d’un véhicule non enregistré

Pour éviter tout problème juridique, il est essentiel de prendre certaines précautions lors de la cession d’un véhicule non enregistré :

  • Vérifier l’identité du vendeur et sa qualité de propriétaire du véhicule;
  • S’assurer que le véhicule est conforme aux normes applicables (contrôle technique, assurance, etc.);
  • Conserver précieusement les documents liés à la vente (déclaration de cession, certificat d’immatriculation, etc.) et les présenter en cas de contrôle;
  • Effectuer rapidement les démarches pour immatriculer le véhicule afin de limiter les risques juridiques.

En respectant ces précautions et les obligations légales, la déclaration de cession de véhicule non enregistré se déroulera sans encombre et garantira une transaction sécurisée pour les deux parties.