Les droits des travailleurs en CDD lors de la réalisation d’un bilan de compétences

Le bilan de compétences est un outil précieux pour les travailleurs qui souhaitent faire le point sur leur parcours professionnel et déterminer leurs perspectives d’évolution. Que vous soyez en CDI ou en CDD, vous avez des droits en matière de réalisation d’un bilan de compétences. Dans cet article, nous allons nous intéresser spécifiquement aux droits des travailleurs en CDD et aux conditions à remplir pour bénéficier d’un tel bilan.

Le bilan de compétences : qu’est-ce que c’est ?

Le bilan de compétences est un dispositif qui permet à toute personne active d’analyser ses compétences professionnelles, ses aptitudes et ses motivations afin de définir un projet professionnel ou un projet de formation. Il peut être réalisé à l’initiative du salarié ou de l’employeur, et peut être financé par différents organismes tels que le compte personnel de formation (CPF) ou le Fonds paritaire interprofessionnel au service de l’emploi (FONGECIF).

Les droits des travailleurs en CDD

Pour les travailleurs en contrat à durée déterminée (CDD), il existe des conditions spécifiques pour pouvoir bénéficier d’un bilan de compétences. Tout d’abord, il faut avoir travaillé au moins 24 mois, consécutifs ou non, au cours des cinq dernières années, dont 4 mois, consécutifs ou non, en CDD au cours des 12 derniers mois. Il est important de noter que les périodes de travail en intérim peuvent être prises en compte dans le calcul de ces durées.

A lire également  Les obligations en matière de facturation électronique pour les entreprises du secteur de la défense

Ensuite, il faut obtenir l’accord préalable de l’employeur sur la réalisation du bilan de compétences. Pour cela, le salarié doit présenter une demande écrite à son employeur, en précisant les dates et la durée du bilan, ainsi que l’organisme prestataire choisi. L’employeur dispose d’un délai de 30 jours pour répondre favorablement ou non à la demande.

Le financement du bilan de compétences

Pour financer un bilan de compétences, les travailleurs en CDD peuvent mobiliser leur compte personnel de formation (CPF). Le CPF est un dispositif qui permet à chaque salarié de cumuler des droits à la formation tout au long de sa vie professionnelle. Chaque année, un certain nombre d’heures sont créditées sur le compte du salarié, qui peut les utiliser pour financer tout ou partie d’un bilan de compétences.

Il est également possible de solliciter le Fonds paritaire interprofessionnel au service de l’emploi (FONGECIF), qui peut prendre en charge tout ou partie des frais liés au bilan. Toutefois, cette prise en charge est soumise à certaines conditions et dépend notamment des ressources financières disponibles auprès du FONGECIF.

La réalisation du bilan de compétences

Le bilan de compétences doit être réalisé par un organisme prestataire agréé, qui se chargera d’accompagner le salarié tout au long du processus. Le bilan se déroule généralement en trois phases :

  • La phase préliminaire, au cours de laquelle le salarié expose ses attentes et ses besoins, et l’organisme prestataire présente les modalités du bilan.
  • La phase d’investigation, durant laquelle le salarié analyse ses compétences, ses aptitudes et ses motivations à travers différents outils et entretiens avec un conseiller.
  • La phase de conclusion, au cours de laquelle le salarié et le conseiller établissent un plan d’action pour concrétiser le projet professionnel ou de formation du salarié.
A lire également  Le droit du travail et le COVID-19

A l’issue du bilan de compétences, le salarié reçoit un document de synthèse, qui récapitule les éléments analysés lors du bilan et les perspectives d’évolution identifiées. Ce document est strictement confidentiel et ne peut être communiqué à l’employeur sans l’accord du salarié.

En conclusion, les travailleurs en CDD disposent de droits spécifiques en matière de réalisation d’un bilan de compétences. Pour en bénéficier, il est nécessaire de remplir certaines conditions d’ancienneté et d’obtenir l’accord préalable de l’employeur. Le financement du bilan peut être assuré par le CPF ou le FONGECIF, et la réalisation du bilan doit être confiée à un organisme prestataire agréé.